21.5.13

Une enquête confirmant la réalité ? La vérité est bien quelque part, où ?

Chers lecteurs et lectrices, je voudrais partager avec vous cet article ci-dessous inclus. 
Et si c'était vrai ? Ou si c'était un simple résultat erroné d'enquête aux critères mal choisis ?


Un article paru dans le Washington Post, et basé sur une étude suédoise, classe la France comme le pays le plus raciste d'Europe.
Très peu de données fiables existent sur le racisme et lorsque enfin des études sont publiées, les variables convoquées pour l’évaluation ne permettent pas de conclusions solides. C’est le cas de cette récente "cartographie du racisme."
Les économistes suédois Niclas Berggen et Therese Nilsson ont cherché à savoir s’il y avait une corrélation entre la liberté économique et le niveau de tolérance. Pour ce faire, les habitants de dizaines de pays sur tous les continents ont été priés de dire quelles personnes ils ne voudraient pas avoir comme voisins. Parmi les réponses proposées figuraient "les personnes d'une autre race" (c'est le mot précisément utilisé dans l'étude).
La fréquence avec laquelle les habitants d’un pays répondaient qu’ils ne voulaient pas d’un voisin d’une "race" différente a été considérée comme un indicateur de la plus ou moins grande tolérance. A partir des résultats obtenus, Max Fisher un journaliste du Washington Post a dressé une carte du racisme en fonction des pays. C’est ainsi qu’est née la cartographie du racisme.
Pour l’Europe, les pays de l’Est apparaissent plus tolérants que leurs voisins riches et éduqués d'Europe occidentale ce qui d’après le Washington Post pourrait être expliqué par l’importance des questions liées à l'immigration et l'identité nationale dans ces derniers pays. La France remporte la triste palme du pays le plus raciste d’Europe avec 22,7% des sondés qui disent ne pas souhaiter un voisin de "race" différente. Ainsi selon cette étude,  la France serait plus raciste que les États-Unis, la Russie, le Belarus, la Lettonie etc.
Des résultats étonnants.
D’abord parce que les indicateurs indirects ne sont pas les plus rigoureux. Ensuite parce que le racisme étant très difficile à mettre en équation, il est hasardeux de prétendre l’évaluer à travers une seule variable et encore plus à travers (...)
lire la suite sur Atlantico

3.12.11

Xénophobes hors de notre démocratie et de notre monde très mondialisé !


Vives critiques contre un billet "xénophobe" du "Point" contre Joly

LEMONDE.FR avec AFP | 03.12.11 | 13h00
La candidate écologiste à l'élection présdientielle, Eva Joly, le 12 juillet.
La candidate écologiste à l'élection présdientielle, Eva Joly, le 12 juillet.AFP/BERTRAND GUAY

L'association SOS Racisme et le Front de Gauche ont dénoncé samedi 3 décembre un billet "xénophobe" de l'écrivain Patrick Besson, paru cette semaine dans Le Point, et qui moque l'accent de la candidate franco-norvégienne à l'élection présidentielle Eva Joly pour Europe Ecologie-Les Verts.

"Zalut la Vranze !", écrit Patrick Besson en se mettant dans la peau d'une Eva Joly élue à la présidence de la République à la suite de la mort accidentelle de tous les candidats et qui menace de "mèdre en examen et égrouer doute intifitu qui s'élèfera gontre la falitité du scrudin hisdorique te mai 2012".
"RÉACTIVE LE SPECTRE DU 'BOCHE'"
Il s'agit d'un édito "indigne", selon SOS Racisme qui dénonce "la dérive nauséabonde du texte, tournant en 'dérision' l'accent d'une candidate à l'élection présidentielle". Pour l'association, "ce pamphlet ne relève pas de la simple maladresse ou d'un humour (des plus douteux) mais bien d'une vision à connotation xénophobe", dans la lignée de celui de "l'extrême droite française" qui,"à la fin du XIXe siècle, attaquait Léon Gambetta sur son accent toulousain". SOS Racisme demande au Point de "ne pas laisser une telle initiative sans suite".
"Je sors consterné de la lecture du billet de Patrick Besson sur Eva Joly dans Le Point de cette semaine où il invente un discours de présidente ridiculisée par un accent norvégien (ou allemand ?)", écrit François Delapierre, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, dans un communiqué.
"En réactivant le spectre du 'boche' au détriment d'une compatriote, M. Besson fait preuve d'une xénophobie insupportable. Il manifeste un communautarisme atterrant en effaçant les propos d'Eva Joly derrière son origine", estime François Delapierre."Il sous-entend que les Français nés ailleurs ne sont pas des citoyens à part entière. Il souffle sur les braises de l'affrontement entre les peuples alimenté par la crise comme par la dérive autoritaire de l'Union Européenne. Ce n'est pas simplement grotesque, c'est criminel", conclut-il.

6.7.11

Une condamnation requise contre un homme des médias

Discrimination raciale : une condamnation requise contre Zemmour

14.01.2011
Se faisant le porte-parole d'une République en mal d'unité, le parquet a requis vendredi la condamnation du chroniqueur Eric Zemmour pour diffamation et provocation à la discrimination raciale après ses propos controversés sur «les Noirs et les Arabes». Des propos qu'il assume, avait-t-il déclaré à la barre, mardi lors du premier jour du procès. En s'adressant au tribunal correctionnel de Paris, la procureure de la République Anne de Fontette a rappelé qu'elle était la porte-parole d'une «République qui doit unifier et pacifier, surtout dans la période troublée que la France traverse depuis plusieurs mois et au cours de laquelle des propos que l'on croyait définitivement tus reprennent de la vigueur». A l'issue de son réquisitoire, la magistrate a estimé les propos poursuivis «susceptibles d'être pénalement sanctionnés». Eric Zemmour a été cité en justice par SOS Racisme, la Licra, le Mrap, l'UEJF et J'accuse, pour des propos tenus le 6 mars 2010 sur Canal+ et France Ô.

Dans l'émission de «Salut les terriens», diffusée sur la chaîne cryptée, Eric Zemmour s'était indigné après une intervention sur les contrôles au faciès: «Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait». Le même jour, sur France Ô, il avait répondu à une question qui lui était posée, que les employeurs «ont le droit» de refuser des Arabes ou des Noirs. La procureure: «La discrimination est un délit» Concernant la citation sur les trafiquants, Anne de Fontette a regretté qu'Eric Zemmour ait repris le «vieux stéréotype qui assimile l'immigration à la délinquance». Pour ce qui est de la seconde assertion, elle a rappelé qu'en France, «la discrimination n'est pas un droit mais un délit.» Et quand Eric Zemmour argue que «la discrimination, c'est la vie et que la vie c'est injuste», a-t-elle développé, «Ça me fait penser aux adolescents qui écrivent sur un arbre: la vie ça vaut rien mais rien ne vaut la vie ! Ça va quand on est ado, mais quand on est adulte, c'est un peu court comme raisonnement...» Mettant en avant «le crédit qui peut être accordé aux paroles» du prévenu, «un homme de médias, un polémiste reconnu, un trublion parfois», elle a requis sa condamnation. L'avocat du Mrap a «rarement vu plus raciste qu'une telle expression» Alors qu'à l'extérieur de la salle d'audience, un public nombreux acclamait Eric Zemmour à chacune de ses sorties, à l'intérieur, les associations de lutte contre le racisme se sont succédé à la barre pour dénoncer «l'immense gravité» de ses propos. «Nous ne sommes pas face à un dérapage, à un accident», a ainsi plaidé l'avocat de SOS Racisme, Me Patrick Klugman. «Nous sommes témoins, comme toute la France, d'une gradation dans la violence». En définissant «une population criminogène en fonction de son apparence et de son origine», «il fait passer un mensonge pour un fait établi», s'est indigné le conseil, estimant que «quand on s'exprime sur un réseau hertzien, on a une responsabilité accrue». Concernant les propos sur les employeurs, l'avocat du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), Me Pierre Mairat, a affirmé avoir «rarement vu plus discriminatoire, plus raciste, qu'une telle expression». Surtout, a-t-il ajouté, «je n'avais jamais vu quelqu'un qui voulait apporter la preuve d'un fait diffamatoire raciste !» Le problème, a-t-il dit, c'est que durant ces trois jours de procès, «aucun scientifique, aucun sociologue» n'est venu soutenir la thèse d'Eric Zemmour. Le tribunal devait mettre sa décision en délibéré à plusieurs semaines. Mardi, jour d'ouverture du procès, Eric Zemmour était arrivé souriant.

22.4.10

Les minorités noires de France débattent sur le monde des affaires

Un colloque sur les minorités noires dans le monde des affaires aux USA et en France s'est tenu à Paris à l'institut des sciences politiques le 12 mars 2010, organisé par le Club Efficience et l'ambassade des USA. Vous pourrez regarder la vidéo et écouter les avis des intervenants et des organisateurs.

Mon intervention (insérée à la fin de la vidéo) est qualifiée par l'un des organisateurs (M. Daniel Mugerin) comme une dérive à l'objectif de ce forum. Et pourtant je n'ai fait que dénoncer la triste réalité des Noirs en France. Je décris dans ce blog depuis sa création et les exemples sont nombreux pour comprendre la situation des Noirs (Antillais, Africains). L'égalité (inscrite dans la devise) entre les Français n'est-elle pas un leurre ?

Pour visionner la vidéo, cliquez ici !

23.7.09

La colère de OBAMA : Après l'arrestation d'un prof de Harvard noir


Ami d'Obama, Henry Louis Gates a été arrêté alors qu'il tentait d'ouvrir sa propre maison.

Le Président a pris fait et cause pour lui.


L'affaire Henry Louis Gates a fini par remonter jusqu'au sommet : interrogé sur le sujet, Barack Obama a jugé l'arrestation du Professeur Gates « stupide » et évoqué la persistance du racisme aux Etats-Unis, qui les « hante ».

Henry Louis Gates a en effet été arrêté par la police alors qu'il luttait pour ouvrir la serrure bloquée de sa maison. C'est un éminent professeur d'Harvard, spécialiste de l'histoire des tensions raciales aux Etats-Unis. Et noir.

Un « comportement désordonné et belliqueux »

L'incident, qui nourrit un débat passionné depuis quelques jours aux Etats-Unis, a eu lieu la semaine dernière. Henry Louis Gates, « Skip » pour ses familiers, revenait d'un voyage en Chine, où il effectuait des recherches sur les origines du célèbre violonceliste Yo-Yo Ma.

Il arrive chez lui, à Cambridge (banlieue chic de Boston) mais ne parvient pas à ouvrir la porte de sa maison. Avec l'aide de son chauffeur, noir lui aussi, il tente de forcer la porte en poussant dessus. Une passante zélée les repère et prévient la police.

Gates a pu entretemps rentrer chez lui. Une voiture de police arrive, un policier (blanc) se présente, demande à Gates de sortir. Ce dernier refuse. Le policier entre. Gates lui présente une pièce d'identité (avec son adresse) et demande au policier de s'identifier à son tour, ce que ce dernier aurait refusé de faire. Le policier sort, Gates le poursuit, en colère, répétant : « C'est comme cela que vous traitez un Noir aux Etats-Unis ! »

Selon le rapport de police, Gates affichait un « comportement désordonné et belliqueux » et menaçait : « Vous ne savez pas à qui vous avez affaire. » Le policier décide alors de lui passer les menottes et de l'arrêter. Le rapport précise que l'officier s'est identifié, contrairement aux dires de Gates.

Un jeune noir sur neuf en prison

L'élection de Barack Obama a eclipsé pendant quelques mois le débat sur la discrimination raciale aux Etats-Unis. L'affaire Gates l'a brutalement reveillé. Certes, comme l'a rappelé mercredi le Président, le racisme recule aux Etats-Unis. Mais un jeune noir sur neuf est toujours en prison et les contrôles policiers ciblent encore trop souvent les suspects en fonction de leur couleur de peau